(Détail de l’étui à tablette de la Divine Adoratrice d’Amon Chéénoupet II, fille de Piankhy, XXVe dynastie, Louvre)

Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.

Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre

Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,

L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.

(Victor Hugo, la conscience, dans le recueil de la légende des siècles)

 

Voici mon avant-dernier article sur le drone, inspiré par le livre de Grégoire Chamayou : Théorie du drone, éditions La Fabrique, 2013.

DRONES III – du drone militaire au drone policier ou le fantasme de Big Brother

Mais les vendeurs de drones mettent aussi en avant la surveillance. Comme souvent, les outils créés pour les militaires sont ensuite utilisés dans le civil.

Et pour eux se profile un vrai marché juteux : les drones remplaçant toutes les caméras de surveillance, quadrillant toutes les villes et traquant tous les individus potentiellement dangereux. Comme il n’y aura jamais assez d’hommes pour visualiser les vidéos, on va alors vers un système de pré-repérage automatisé. Et bien sûr les shérifs qui ont entendu parler de cela, enthousiastes, envisagent déjà de les armer, le drone sera policier, juge et bourreau dans le même élan (le juge Dredd !).

Et tous les criminels, futurs criminels, criminels potentiels qui s’ignoraient, individus montrant des tendances criminelles à la maternelle, membres des populations à risques se trouvant au mauvais endroit, victimes de bugs informatiques… iront s’entasser dans des prisons qui bientôt regrouperont la majorité de la population !

Et la nuit des drones-robots descendra sur Terre… ta ta tam

(Magritte, l’empire des lumières, 1953)

 

Bon, on arrête le délire, ça ne tient pas la route,

et on verra pourquoi la prochaine fois.

Et pour rester dans l’ambiance : https://www.youtube.com/watch?v=KvDcbCJYH1Y

Publicités