Chez Emmaüs je suis tombé sur les carnets de René Mouchotte (1940-1943), commandant de Groupe de chasse dans la Royal Air Force, commandant du groupe Alsace.

Pour les songe-creux et autres Zemmour qui ergotent encore sur la responsabilité du gouvernement Pétain et autres billevesées, en voici un extrait :

31 juillet 1940 (à Salisbury) : Ce matin, sur les journaux, nous lisons cette nouvelle : « Tous les militaires déclarés rebelles, qui ont rejoint une armée étrangère pour continuer à combattre, seront condamnés à mort s’ils ne sont pas rentrés en France le 15 août ».

14 aout 1940 : Aujourd’hui, nous donnons à Londres un bal : le bal des condamnés à mort. C’est en effet aujourd’hui que le gouvernement germano-français devait nous condamner à la peine capitale si nous n’avions pas rejoint la France. La plus haute société londonienne assistera à ce bal, qui ne manquera pas d’être très réussi et très gai… Les condamnés à mort que nous sommes se portent très bien.

 

Précisions : le gouvernement gemano-français (comme René Mouchotte avait baptisé le gouvernement de Vichy) était truffé de hauts gradés, médiocres coresponsables de la défaite française et qui se sont dépêchés d’aller pantoufler à Vichy et de faire condamner à mort ceux qui étaient moins lâches qu’eux. Cela complétait bien les lois antisémites de juillet 1940.

Un détail sur l’ambiance de l’époque : Mouchotte en juillet 1940, instructeur de l’armée de l’air, avait été replié en Afrique du Nord. Devant la désertion des jeunes pilotes de sa base qui s’emparaient de tous les avions en état de voler et partaient rejoindre Gibraltar et les anglais, pour continuer à se battre, le commandant de cette base avait fait dérégler le pas des hélices de son avion pour que, si l’un le prenait, il se tue en décollant !! Mouchotte l’a pris sans le savoir avec trois autres pilotes, et comme il était un des meilleurs pilotes français, il a réussi à le faire décoller  et le trainer jusqu’à Gibraltar.

Publicités