Dans les registres de Bouzigues (1 MI EC 39/2), j’ai trouvé en 1732 l’acte de décès ci-dessus.

« le 22e avril 1732 Sieur estienne nissole natif de ceumene au diocèse d’alais, de la religion protestante, est mort icy à Bouzigues agé d’environ soixante-quinze ans, de quoi font foy Sieur pierre moulin secondaire du (lieu de) Bouzigues, Sieur jean farrassac clerc tonsuré et moy Eyraud prieur »

le lieu peut être Saumane ou Sumène d’après la carte du diocèse d’Alés extraite de Diocèses de la province du Languedoc (1781).

1280px-Carte_du_diocèse_d'Alais

Ce qui m’a frappé dans cet acte est l’absence de tout prosélytisme : il est précisé « de la religion protestante » sans aucun des épithètes péjoratifs qui sont de règle dans les actes (religion prétendue réformée, hérésie de Luther et de Calvin…). De plus il n’est nullement indiqué qu’il a abjuré sa foy sur son lit de mort. Et malgré cela, les notables de Bouzigues ont éprouvé le besoin de lui délivrer un acte de décès.

Il est vrai que nous avons passé le moment des conflits violents et ouverts et de plus Bouzigues est resté à l’écart du monde protestant : on ne trouve pas d’acte protestant, une seule référence à une abjuration collective en 1685 de six ou sept personnes, et très peu de prénoms protestants (un Isaac, une Esther et je crois que c’est tout) durant tout le XVIIe siècle – les actes sur Bouzigues sont conservés jusqu’en 1606.

Mais les conflits larvés subsistent, les protestants sont toujours des citoyens qui doivent se faire le plus discret possible et l’affaire Calas éclatera trente ans plus tard. Et pour les actes protestants qui réapparaîtront au grand jour après l’édit de tolérance de Versailles de 1787, ils ne remontent souvent pas au-delà de 1744.

Alors, acte isolé à l’attention d’une personnalité reconnue, signe d’apaisement au moins dans le Bas-Languedoc ou erreur d’interprétation de ma part ?

Gueroult_du_pas aissaugues

(Aissaugue, bateau de pêche sur les côtes de Provence et du Languedoc : Recüeil des vuës de tous les differens bastimens de la mer Mediterranée et de l’Océan, avec leurs noms et usages par P. J. Gueroult du Pas -P. Giffart Paris-1710 BNF-Gallica)

PS : je n’ai pas trouvé d’autre référence à  Sieur Estienne Nissole, mais sans que ce soit significatif, mes recherches sur les registres de Bouzigues ne sont pas aussi exhaustives au XVIIIe siècle qu’au XVIIe siècle.

Révision du 11 décembre 2016 :

M. Pierre Bras m’a fourni une explication très vraisemblable (en généalogie, les certitudes sont rares) : Le Seigneur de Bouzigues est aussi Seigneur de Sumène et en 1682 un Sieur Nissolle est notaire à Sumène. Donc ce serait lui (ou son fils ayant repris l’étude, car il a déjà 75 ans en 1732) qui serait venu à Bouzigues pour les affaires du Seigneur et serait décédé brusquement là.

Publicités