Chronique scientifique (Science & Vie juin & juillet 2015)

Il existe des planètes plus vivables que la nôtre

Sans tenir compte de la présence de l’homme, bien sûr. Voir ma chronique « Super Terre, nous voilà » du 16 mars 2015. Seule différence, dans S&V on ne suppose pas une inclinaison de l’axe de rotation et donc des saisons.

Anorexie

Notre ventre est notre 2e cerveau, compte tenu du nombre de neurones qu’il contient. Et nos intestins contiennent 100 000 milliards de bactéries utiles. Ces dernières années, on a découvert que des déséquilibres dans ce microbiote peuvent être impliqués dans des troubles considérés comme mentaux tels que l’autisme, la schizophrénie… et maintenant l’anorexie ainsi que d’autres troubles alimentaires.

DSCF8958

Boues d’épuration : nouvelles mines ?

Dans les boues d’épuration d’une ville d’un million d’habitant, on récolterait en un an, par tonne de boue : 52 kg de fer, 6 kg d’aluminium, 1 kg de titane, 600 g de zinc, 400 g de cuivre, 40 g d’étain, 20 g d’argent, 5 g de rubidium 0,5 g de palladium et 0,3 g d’or. Reste à les extraire de manière économique, et c’est pas gagné. Sur les problèmes liés à l’épuisement et la dilution des matières premières (et pas seulement des ressources énergétiques) j’invite à lire le livre pionnier de Nicholas Georgescu-Roegen : la décroissance, entropie – écologie – économie (éd. Sang de la Terre, 2011). Et puis si quelqu’un pouvait me dire où j’ai mis ce livre !

P1000704

Aujourd’hui les abeilles préfèrent vivre en ville

Je confirme : un jardin fleuri toute l’année est nettement supérieur à des vergers en monoculture soit dix mois de famine. Et dans nos régions sèches comme la Provence les abeilles recommandent la Lippia Nodiflora qui remplace avantageusement un gazon, fleurit en juillet et août, tandis que la Crau est toute desséchée, n’a besoin d’être arrosée que tous les quinze jours et n’a pas besoin d’être tondue, juste d’être piétinée.

DSCF1167b

Drones militaires

Contrairement à ce que l’on croit souvent, ces drones ne sont pas pilotés à distance ; leur plan de vol est injecté dans le logiciel avant décollage. Les « pilotes de drones » sont des superviseurs qui n’interviennent que ponctuellement (pour tirer par exemple).

Chine, au-delà des mythes

Il s’agit du numéro de juillet 2015 des Cahiers de Science & Vie. Une mise en perspective historique et des vues intéressantes sur la réalité actuelle en Chine. Il donne envie d’approfondir un point ou un autre. 0006951

La vision cyclique du temps chinoise contrebalancerait utilement notre vision linéaire, car nous en attendons sans doute trop, en généralisant à l’histoire humaine une progression linéaire qui ne concerne que les sciences. Et même pour les sciences, les avancées ont pas mal d’a-coups (mais pas de retour en arrière au moins pour les sciences « dures » et pour les derniers siècles uniquement).

Jeunesse de la grève – France, 1871-1890

00-008160

Il s’agit d’un livre de Michelle Perrot de 1984, venant d’une thèse de 1974, découvert au détour d’une brocante et qui se lit d’une traite. On replonge dans un autre monde, très proche et très lointain, celui des ouvriers du début de l’industrialisation. Les groupes sociaux sont beaucoup plus tranchés que maintenant, où nous sommes moins marqués par notre métier, plus isolés ou plutôt attachés à plusieurs groupes, ou pôles sans que l’un soit prépondérant. Mais ces groupes ne sont pas monolithiques, et chacun est d’abord attaché à son métier à une époque où les métiers, les techniques sont beaucoup plus valorisés que maintenant. En tout cas, les ouvriers supportent beaucoup et certains patrons font preuve d’une belle arrogance pour soutenir leurs droits intangibles et éternels. Maintenant les choses sont dites de manière beaucoup plus feutrée, mais le bruit de fond dominant reste que l’avenir ne sera que la reconduite du présent. On se croirait dans un cartoon de « Bip-bip et le coyote » à l’instant où ce dernier vient de dépasser la falaise, marche dans les nuages et le vide et ne s’en est pas encore rendu compte.

Fantaisies généalogiques

Découvertes au gré de mes recherches généalogiques sur les ancêtres de ma mère.

L’Eustache, un gaillard !

Nous sommes à Bouzigues au bord de l’étang de Thau. En octobre 1656, Eustache Goudard épouse à 47 ans Marguerite Cabanis. Il vient de Marg ??? (je ne suis pas arrivé à déchiffrer le village pour l’instant) et il n’est pas précisé s’il est veuf. Début août 1657, la pauvre décède. Aussi sec il se remarie le 1er novembre 1657 avec Françoise Maxavaille – même pas attendu trois mois ! Ils ont trois enfants : Guillaume, Marie et Marguerite et elle décède à son tour en janvier 1666. Il attend l’octobre de la même année pour se remarier avec une jeunette, Benoiste Simonet âgée de 25 ans. Ils auront 8 enfants : Marguerite, Pierre, Lucresse (eh oui, Lucrèce !), Françoise, André, Joseph, Jean (à 74 ans) et Catherine. Ce coup-ci, c’est elle qui l’enterrera en 1689 à 80 ans et elle-même décèdera en 1721 à 79 ans ! À noter que comme je n’ai pas l’acte de naissance d’Eustache, je donne les âges d’après celui porté sur son acte de décès soit 80 ans. Il peut y avoir une incertitude, surtout qu’il n’est pas de la paroisse, mais elle ne peut pas dépasser 10 ans. Sur ces 11 enfants, 4 au moins sont décédés dans l’enfance, 5 au moins se sont mariés. Je précise « au moins » car j’ai pu rater des actes.

Triplés

À Mèze en 1682 nous avons la naissance de Guillaume, Pierre et Anne et comme précise le curé dans la marge « frères et sœur d’une même ventrée » (sic).

Métiers

Les métiers de femmes sont rarement précisés avant le XIXe siècle. Sur Mèze en 1789 on a dans un acte de décès précisé «marchande d’allumettes ».

Surnom

Dans un acte de décès de 1758 à Bouzigues, on trouve « Esther Goudard, dite la carabinière » !

Zolis dessins

Et en prime une page de graffitis de 1740 sur les actes de Viane dans le Tarn. graffiti Viane 1740 1E314-003-21-033

 

Illustrations :

La grève de Jean Adler

La vison de Saint Augustin par Carpaccio

Publicités